Auto-test

Marques

Gammes

Besoins

Auto-test

Prendre sa santé en main avec les autotests

L’autotest de santé est un outil pratique de dépistage et de prévention : plus une maladie est détectée tôt, plus les chances d’une guérison rapide augmentent. Aujourd’hui, il existe de nombreuses possibilités de réaliser chez soi et sans ordonnance médicale des tests qui aident à surveiller son état de santé ou à détecter des maladies courantes. Ils se distinguent par leur simplicité d’utilisation et la bonne lisibilité des résultats, sans toutefois se substituer à un diagnostic médical professionnel. 

Se tester à domicile, en quelques minutes

En dehors du test de grossesse, connu depuis longtemps, le premier autotest de dépistage a été mis sur le marché en 2015 : il s’agit du test VIH. Son objectif est d’atteindre les personnes qui seraient séropositives sans le savoir ou qui sont dans le doute. Cet autotest fournit en effet en quelques minutes et avec une simple goutte de sang un résultat fiable sur le statut sérologique de son utilisateur, à condition que le test soit effectué plus de trois mois après la prise de risque.

C’est le principe de l’autotest : avoir la possibilité de détecter d’éventuelles pathologies, de déceler des carences ou d’obtenir des indications sur son état physiologique, à domicile, en quelques minutes et de manière très facile. Il suffit le plus souvent d’effectuer le test sur de simples bandelettes, conçues pour réagir à la présence de sang, d’albumine, de leucocytes, etc., à partir d’un échantillon d’urine, de selles ou d’une goutte de sang. Il existe aujourd’hui une quinzaine d’autotests, qui permettent de dépister des pathologies courantes comme une infection urinaire, un taux élevé de cholestérol ou encore une réaction allergique.

D’autres autotests, comme le test de fertilité, sont plus élaborés : celui-ci mesure la concentration et l’activité des spermatozoïdes par la réaction d’un colorant à base de résazurine. L’intensité de sa réduction en résorufine détermine le niveau de fertilité de l’utilisateur. Comme pour tout autotest, ce dépistage est un indicateur et ne remplace pas une consultation médicale.

Quel que soit le test utilisé, un résultat positif ne s’apparente jamais à un diagnostic. Du sang dans les selles n’est pas systématiquement synonyme de cancer colorectal, mais peut simplement être dû à des hémorroïdes. Lorsque des anticorps contre la bactérie Helicobacter Pylori sont décelés, cela peut être signe d’une simple gastrite comme d’un ulcère ou d’un cancer de l’estomac. Les autotests de dépistage doivent dont être considérés comme des indicateurs et il convient, dans tous les cas, de prendre rendez-vous avec son médecin et de confirmer le résultat par au moins un autre test, réalisé, celui-ci, en laboratoire.

Les différents autotests disponibles

Les autotests offrent à chacun la possibilité de prendre sa santé en main. Ils rencontrent un succès croissant et peuvent répondre à des interrogations face à des symptômes, comme jouer un rôle préventif. On sait, par exemple, que la recherche de sang dans les selles doit être menée une fois par an à partir de 45 ans. Une quinzaine d’autotests sont aujourd’hui proposés et leur nombre devraient encore augmenter dans les prochaines années.

Les tests sanguins

La grande majorité des autotests de dépistage aujourd’hui disponibles fonctionnent avec une goutte de sang. Ces tests sanguins permettent de surveiller sa glycémie ou son taux cholestérol, mais également de vérifier que l’on bénéficie d’une bonne protection contre le tétanos ou de détecter d’éventuelles insuffisances. Ainsi, le test de carence en fer aide à prévenir l’anémie.

Il existe des autotests pour dépister :

  • l’hypothyroïdie par la mesure du niveau de TSH
  • la présence d’anticorps contre la bactérie Helicobacter pilori
  • les pathologies de la prostate par le niveau de PSA
  • la maladie de Lyme par la détection d’anticorps

Les tests urinaires

D’autres types de tests fonctionnent en trempant des bandelettes dans un échantillon d’urine. Ils portent sur :

  • les infections urinaires, en indiquant la présence de protéines, de nitrites, de leucocytes ou de sang
  • les troubles de la fonction rénale par la détection d’albumine
  • la ménopause (ou la péri-ménopause) par la mesure du niveau de FSH
  • l’ovulation, avec la recherche de l’hormone LH

Le test colorectal

Reste un troisième type d’autotest, basé sur le recueil des selles. En révélant la présence ou non de sang dans les selles, il signale des désordres gastro-intestinaux, lesquels peuvent avoir plusieurs causes : ulcère, hémorroïdes, colites, polypes... Ce test est plus spécifique dans le sens où il doit être renouvelé durant trois jours consécutifs pour confirmer un résultat positif.

Bien acheter ses autotests

Les autotests sont vendus dans les officines physiques ainsi qu’en ligne, sur des sites de pharmacies et de parapharmacies. Les autorités déconseillent de passer par d’autres circuits. Tous ces produits doivent en outre porter le marquage CE.

Chaque test est conditionné pour plusieurs utilisations, vous permettant de renouveler l’opération en cas d’erreur ou de doute. Les indications sont claires, de même que la lecture des résultats.

Surveiller sa glycémie ou son taux de cholestérol, être alerté sur de possibles pathologies, confirmer une entrée en ménopause ou dépister le VIH : les autotests rendent de nombreux services aux personnes soucieuses de leur santé, sans remplacer pour autant un diagnostic médical.

Découvrez notre Blog !