Tampon hygiénique

Marques

Besoins

Bio/Nature

Spécifique

Forme

Tampon hygiénique

Pileje

Quel tampon est fait pour vous ?

Vous appréciez les avantages liés à l'utilisation des tampons pendant les règles ? Découvrez notre large gamme de cette protection hygiénique interne très populaire.

Qu'est-ce qu'un tampon hygiénique ?

Un tampon périodique est un dispositif hygiénique à insérer dans le vagin pendant la menstruation. Discret, parce qu'invisible, il offre aux femmes l'avantage de se sentir plus détendue pendant les règles, notamment lors des activités sportives et dans n'importe quel vêtement. Cette protection hygiénique supprime toute sensation d'humidité et d'inconfort.

De quoi est fait un tampon ?

Faits de fibres hautement absorbantes, telles que la ouate pure et la rayonne, les coussinets internes du tampon présentent une forme cylindrique et sont complétés d'un cordon maintenu à l'extérieur du vagin afin de faciliter le retrait. Il existe des tampons avec applicateur en carton ou en plastique.

Les types de tampons

Il y a plusieurs sortes de tampons hygiéniques, qui se différencient surtout par leur taille pour s'adapter au type de flux. Le degré d'absorption est généralement indiqué sur l'emballage avec un symbole de gouttes (de 1 à 4 gouttes ou plus) et est suggéré par la taille : "Mini" pour les flux faibles ou pour les derniers jours du cycle menstruel à "Ultra" ou "Super" pour les écoulements très abondants.

  • Mini tampons : cette catégorie de tampons est particulièrement utile en cas de flux très léger ou lors de la fin des règles ;
  • Tampons Ultra : les tampons Ultra absorbent une quantité de sang moyenne et sont en général les plus utilisés. Grâce à eux, on peut pratiquer tout type d'activité pendant les menstruations et porter des vêtements près du corps ;
  • Tampons Super : réservés aux règles abondantes, les tampons "Super" permettent aux femmes ayant des pertes de sang importantes de se sentir bien pendant les règles en évitant toute fuite.

Comment utiliser correctement un tampon ?

Une brochure fournie dans l'emballage indique comment procéder à l'insertion d'un tampon avec ou sans applicateur. L'opération reste simple à condition d'adopter une position confortable et adéquate en écartant par exemple les jambes en position assise, afin que les muscles vaginaux ne soient pas contractés. Il est également important que le tampon soit complètement inséré dans le vagin et le cordon à l'extérieur. Un positionnement correct ne provoque pas d'inconfort : lorsque le tampon est bien mis, sa présence n'est pas ressentie.

Lorsqu'il est correctement inséré, le tampon ne peut pas sortir seul ni rester coincé entre les parois du vagin. Le cordon, fermement attaché, est peu susceptible d'être rompu, mais si cela devait se produire, il n'y a aucune possibilité que l'objet se " perde ". En effet, le vagin se termine en impasse : par conséquent, le tampon est facilement récupérable à l'aide des doigts.

Hygiène et sécurité

Il est important de bien se laver les mains avant et après l'insertion. Pour plus de confort, il est généralement recommandé d'utiliser une protection interne avec un degré d'absorption légèrement plus faible que celui choisi pour une protection externe, telle qu'une serviette hygiénique. Les tampons peuvent également être utilisés pour contenir des pertes sanguines en dehors des périodes menstruelles ou en cas de pertes blanches particulièrement abondantes. Enfin, il est conseillé d'alterner l'utilisation de tampons et de serviettes, et d'éviter de les porter la nuit.

Les tampons peuvent être utilisés même si vous n'avez pas encore eu de rapports sexuels, c'est-à-dire quand l'hymen est intact. Dans ce cas, on privilégiera l'utilisation de mini-tampons.

Le syndrome du choc toxique (SCT)

Le syndrome de choc toxique est causé par deux types de bactéries : Staphylococcus aureus et Streptococcus bêta hémolytique, présentes naturellement dans le corps. Le SCT se manifeste par une fièvre soudaine très élevée, des vomissements, de la diarrhée, des étourdissements, des évanouissements. Depuis la découverte de la relation de cause à effet entre l'utilisation de tampons et le SCT dans les années 1980, les cas ont considérablement diminué, représentant aujourd'hui 12 pour 100 000 femmes menstruées par an. Cette diminution du risque est due en grande partie à des modifications réalisées dans les composés de fabrication. Afin de réduire au maximum les risques de complication, il est recommandé de respecter les règles d'hygiène énumérées ci-dessus, et de changer de tampon toutes les quatre heures. 

Les tampons bio

Un tampon bio, à la différence d'un tampon classique, est fabriqué uniquement à partir de coton 100% biologique. Il ne contient donc pas de rayonne, une matière blanchie au chlore qui peut assécher les muqueuses des parois vaginales. C'est un produit de plus en plus prisé par les femmes qui souhaitent éviter tout contact avec des produits chimiques.

Toujours aussi pratique, le tampon a bien évolué depuis sa création, pour devenir un produit plus sûr qui respecte la santé des femmes tout en leur apportant du confort.

Découvrez notre Blog !